Portail INFOGREFFE
 
 
Identification
Identifiant   
Mot de passe   
Identifiants oubliés ?
Menu d'accueil
Menu
 Recherches :
 Formalités :
 Suivre :
Prévention des difficultés des entreprises
 
Entreprises en difficulté

Vous rencontrez des difficultés de nature économique et vous souhaitez avoir un avis sur votre situation ?

Le Greffe du tribunal de commerce de Toulouse a mis en place une chambre de Prévention composée de juges recevant lors d'entretiens strictement confidentiels les entreprises ayant sollicité un rendez-vous ou faisant l'objet d'une convocation.

Pour obtenir un rendez-vous, contacter le 05 61 23 38 16.

Un rendez-vous vous sera fixé devant un juge. L'entretien confidentiel a lieu de manière informelle et est gratuit.

Le tribunal a également mis en place une permanence sans rendez-vous qui se tient tous les mercredis matins et jeudis matins (hors période de vacances judiciaires) de 09H00 à 12H00. (S'adresser au secrétariat du président - Greffe du tribunal de commerce de Toulouse - Place de la Bourse).

Il est recommandé de vous munir de tous documents permettant une appréciation de votre situation. Pour de plus amples informations, contacter le 05 61 23 38 16.

Procédures de mandat ad hoc et de conciliation

 
MANDAT AD HOC / CONCILIATION

  Pour résoudre des difficultés susceptibles de mettre en cause la pérennité de son entreprise le dirigeant peut, s’il souhaite rester dans un environnement de confidentialité, demander au tribunal l’ouverture d’une procédure de MANDAT AD HOC ou de CONCILIATION.

Il lui est également possible de recourir successivement aux deux procédures. Pour l‘éclairer sur son choix ce document résume les principales dispositions des deux procédures et propose pour chacune d’entre elles un modèle de demande à adresser au Président du Greffe du tribunal de commerce de Toulouse.

Dans un souci de clarté ce document a été établi de manière synthétique en ne reprenant que les principales dispositions de ces procédures.

Pour plus de précisions il peut se référer aux textes régissant ces deux procédures :
  - pour le MANDAT AD HOC, les articles L.611-3 et R.611-18 à R.611-21 du code de commerce,
  - pour la CONCILIATION, les articles L.611-4 à L.611-10-2 et R.611-22 à R.611-46 du code de commerce, Mandat ad hoc

INTERET DU MANDAT AD HOC
 
Avantages pour l’entreprise

Dans le traitement des difficultés d’une entreprise le mandat ad hoc peut se révéler particulièrement intéressant :
  - Le dirigeant va être assisté et épaulé par un spécialiste du traitement des difficultés des entreprises,

  - Aucune publicité n’est faite sur la demande de mandat ad hoc, sur lerapport du mandataire et sur les accords auxquels il peut aboutir,
  - Les créanciers de l’entreprise sont plus enclins à accepter une solution amiable proposée par le mandataire afin d’éviter le dépôt de bilan de l’entreprise,
  - La loi ne limite pas la durée d’un mandat ad hoc.
 
Intérêt pour le dirigeant

Le mandataire ad hoc ne bride pas le dirigeant qui reste maître de son entreprise.
Il ne s’immisce pas dans la vie quotidienne de l’entreprise.

 
Opportunité du mandat ad hoc

Cette procédure est particulièrement bien adaptée aux entreprises dont la résolution des problèmes ne dépend que d’un nombre restreint de partenaires.
En pratique, si le mandataire doit négocier avec plus d’une dizaine d’interlocuteurs sa mission s’avérera très difficile voire impossible, les impératifs de confidentialité risquant de surcroît de ne pas pouvoir être respectés.
Le cas type nécessitant la nomination d’un mandataire ad hoc est celui d’un dirigeant qui désire obtenir de ses créanciers un étalement des dettes, le temps pour lui de rétablir les équilibres de l’entreprise et de restaurer une rentabilité défaillante.
Mais cette procédure peut s’avérer également judicieuse lorsque se présentent des difficultés d’ordre juridique, telles que par exemple une mésentente entre associés bloquant une augmentation de capital ou la perte brutale d’un contrat important.
Enfin il faut souligner que le mandat ad hoc est souvent indispensable pour préparer une procédure de conciliation en permettant au chef d’entreprise de dresser un audit de ses difficultés.


PROCEDURE A SUIVRE
 
Conditions préalables

La pratique de la prévention par le Tribunal est de vérifier à chaque demande présentée que l’entreprise n’est pas en état de cessation des paiements.
Si tel est le cas, la demande de mandat ad hoc ne peut être acceptée.
Le dirigeant peut dès lors opter pour une procédure de conciliation à condition que la durée de l’état de cessation des paiements soit de 45 jours au plus.
Autre condition nécessaire à l’acceptation par le Président du tribunal d’une demande de mandat ad hoc : il faut que la protection obtenue pour l’entreprise grâce à la signature d’un protocole d’accord avec ses principaux créanciers, ait pour but essentiel de lui permettre de se redresser en adoptant des mesures de restructuration généralement destinées à améliorer sa rentabilité.
Une demande de mandat ad hoc, dont le véritable but consisterait à différer le paiement des créanciers alors qu’il n’existerait pas de vraies difficultés, ne serait pas recevable.
 
Demandeur

Le représentant légal de l’entreprise est seul habilité à présenter une demande de mandat ad hoc.
Cette demande ne peut donc être présentée ni par un créancier ni par un représentant du personnel.
 
Requête

La demande de désignation d’un mandataire ad hoc doit être faite par requête Aucun formalisme n’est exigé, de sorte qu’un simple courrier adressé au Président du Tribunal est recevable.
Elle doit être motivée, c'est-à-dire exposer les raisons pour lesquelles la demande est présentée, et mentionner les pièces justificatives qui l’accompagnent.
Elle est déposée en double exemplaire au greffe et peut être accompagnée d’un chèque de provision d'un montant déterminé par le Greffe du tribunal de commerce de Toulouse.
 
Convocation

Après réception de la requête le dirigeant est convoqué par le Président du Tribunal. Ce dirigeant peut être accompagné du conseil de son choix, qui peut être un collaborateur.
L’entretien permet au chef d’entreprise de présenter sa demande, de la justifier et d’exposer le type de mission qu’il souhaite voir confier au mandataire.
Le Président expose les conditions de rémunération du mandataire et recueille l’accord écrit du dirigeant sur ces conditions.
 
Décision

Le Président peut :
  - soit accepter la demande et, dans ce cas, définir la mission, sa durée et les conditions de rémunération du mandataire,
  - soit rejeter la demande et, dans ce cas, le dirigeant peut faire appel par une déclaration faite ou adressée par lettre recommandée avec demande d'avis de réception au greffe du tribunal.

Le chef d’entreprise peut souhaiter faire nommer telle personne en qualité de mandataire ad hoc; dans ce cas il doit mentionner son nom dans la requête.
Le Président du Tribunal est cependant libre de retenir ce nom ou de faire un autre choix.


LA MISSION
 
Qui est désigné ?

Le Président du Tribunal est totalement libre dans le choix du mandataire ad hoc.
Cependant la pratique de la prévention au Tribunal consiste à confier les missions de mandat ad hoc à des administrateurs judiciaires spécialisés dans ces procédures.
Le mandataire désigné est un médiateur indépendant à la fois de l’entreprise et des créanciers exerçant librement ses fonctions sous le contrôle du Président du Tribunal.
Le greffe notifie au mandataire l’ordonnance qui l’a désigné et y joint l’accord du dirigeant sur les conditions de rémunération.
 
Durée de la mission

Il n’existe ni maximum, ni minimum légal.
La pratique du tribunal est de limiter les missions des mandataires ad hoc à trois mois au plus en prévoyant, une semaine avant le terme fixé, un entretien du dirigeant et du mandataire avec le juge délégué qui lui permet de faire le point sur l’avancement de la mission.
Au cours de cet entretien le juge peut décider, le cas échéant, de prolonger la mission.
 
Déroulement de la mission

Généralement le mandataire désigné commence par faire une étude sérieuse de l’entreprise pour identifier les difficultés auxquelles elle doit faire face et évaluer ses capacités de redressement.
Il entame ensuite les négociations avec les principaux créanciers, privés ou publics, les banques, les fournisseurs et éventuellement avec de nouveaux investisseurs.
Ces négociations ont généralement pour but d’obtenir au bénéfice de l’entreprise des mesures de restructuration et d’étalement des dettes.
 
Poursuite des créanciers

Si, au cours de la procédure, l’entreprise est poursuivie par un créancier le Président du Tribunal peut, à la demande du dirigeant, accorder des délais allant jusqu’à deux ans.
 
Issue du mandat ad hoc

Le mandat ad hoc doit normalement aboutir à la signature d’un protocole d’accord passé entre l’entreprise et ses principaux créanciers qui acceptent de participer à la procédure amiable.
Ces protocoles d’accord ne font l’objet ni de publication ni d’homologation et ne produisent d’effets qu’à l’égard des signataires.


Conciliation

 
LA PROCEDURE DE CONCILIATION

  Conditions d'acceptation d'une conciliation
Pour qu’une conciliation puisse être accordée à une entreprise il faut :
  1) qu’elle ne soit pas en état de cessation des paiements depuis plus de 45 jours, hypothèse qui impliquerait l’ouverture d’une procédure collective.
  2) qu’elle éprouve une difficulté juridique, économique ou financière, certaine ou prévisible, difficile à surmonter sans l’aide d’une procédure,
  3) que le dirigeant soit prêt à adopter des mesures conduisant au redressement durable de l’entreprise.

PROCEDURE A SUIVRE
 
Demandeur

Le représentant légal de l’entreprise est seul habilité à présenter une demande de désignation d’un conciliateur.
Cette demande ne peut donc être présentée ni par un créancier ni par un représentant du personnel.
 
Requête

La demande de désignation d’un conciliateur doit être faite par requête.
Aucun formalisme n’est exigé, de sorte qu’un simple courrier adressé au Président du Tribunal est recevable.
Elle est déposée en double exemplaire au greffe du tribunal et peut être accompagnée d’un chèque de provision d'un montant déterminé par le Greffe du tribunal de commerce de Toulouse.
Télécharger le modèle de demande.
Dans cette requête le dirigeant doit exposer la situation économique, financière et sociale de l’entreprise, ses besoins de financement et, le cas échéant les moyens envisagés pour y faire face.
 
Pièces à joindre

Les pièces suivantes doivent être jointes à la requête :
  - un extrait d’immatriculation au registre du commerce ou au répertoire des métiers,
  - l’état des créances et dettes accompagné d’un échéancier et de la liste des principaux créanciers,
  - l’état actif et passif des sûretés ainsi que des engagements hors bilan,
  - les comptes annuels, le tableau de financement ainsi que la situation de l’actif réalisable et disponible, valeurs d’exploitation exclues, et du passif exigible des trois derniers exercices, si ces documents ont été établis.

  - une attestation sur l'honneur certifiant l'absence de procédure de conciliation dans les trois mois précédant la date de la demande.

La production d’une situation d’exploitation et de trésorerie, ainsi que de prévisionnels est fortement souhaitable.

 
Convocation

Après réception de la requête le dirigeant est convoqué par le Président du Tribunal.
Cet entretien permet au chef d’entreprise d’exposer sa demande et de la justifier.
Le Président peut, avant de se prononcer sur la requête, désigner un expert pour établir un rapport sur la situation de l’entreprise.
 
Décision

Le Président peut :
- soit accepter la demande et, dans ce cas, désigner le conciliateur, arrêter ses conditions de rémunération, définir sa mission et en fixer la durée.
  - soit rejeter la demande et, dans ce cas, le dirigeant peut faire appel par une déclaration faite ou adressée par lettre recommandée avec demande d'avis de réception au greffe du tribunal.

Le chef d’entreprise peut souhaiter faire nommer telle personne en qualité de conciliateur ; dans ce cas il doit mentionner son nom dans la requête.
Le Président du Tribunal est cependant libre de retenir ce nom ou de faire un autre choix.
Le dirigeant a, quant à lui, la possibilité de présenter une demande de récusation du conciliateur désigné, demande arbitrée par le Président du tribunal.


DEROULEMENT DE LA CONCILIATION
 
L’ouverture d’une conciliation ne fait l’objet d’aucune publicité et a vocation à demeurer confidentielle.
Elle doit en revanche être communiquée au Ministère Public et si le débiteur est soumis au contrôle légal de ses comptes, aux commissaires aux comptes.
 
Rémunération du Conciliateur

Après avoir recueilli l’accord écrit du dirigeant, le Président fixe les conditions de rémunération du conciliateur en fonction des diligences nécessaires à sa mission.
Le mode de calcul de cette rémunération, son montant maximal, le montant des provisions sont précisés dans l’ordonnance de nomination.
Les conditions de rémunération peuvent sous certaines conditions être revues en cours de procédure, avec l’accord du chef d’entreprise.
 
Durée de la conciliation

Cette procédure est légalement limitée à quatre mois avec possibilité pour le conciliateur de solliciter du Président du tribunal une prorogation d’un mois supplémentaire.
La pratique du tribunal est de choisir d’entrée la durée maximale, soit quatre mois, afin de laisser un temps suffisant au conciliateur pour finaliser un accord.
L’ordonnance de désignation du conciliateur fixe à deux mois la date d’un entretien du dirigeant et du conciliateur devant le juge chargé du suivi de la procédure.
 
Rôle du dirigeant

L’ouverture de la conciliation ne modifie ni les pouvoirs du dirigeant ni ses obligations, l’exploitation de l’entreprise se poursuivant normalement.
 
Actions du conciliateur

Celui-ci aura le plus souvent pour mission principale de favoriser la conclusion d’un accord amiable signé entre l’entreprise et ses principaux créanciers et destiné à mettre fin aux difficultés.
Mais plus généralement le conciliateur est habilité à mettre en œuvre toute solution se rapportant à la sauvegarde, à la poursuite de l’activité économique et au maintien de l’emploi.
 
Dettes fiscales et sociales

Les administrations financières, les organismes de sécurité sociale et les caisses de retraite ont désormais la possibilité de consentir des remises de dettes.
 
Poursuite des créanciers

Si, au cours de la procédure, l’entreprise est poursuivie ou mise en demeure par un créancier le Président du Tribunal peut, à la demande du dirigeant, accorder des délais allant jusqu’à deux ans.


ISSUE DE LA CONCILIATION
 
Echec

En cas d’impossibilité de parvenir à un accord, le conciliateur présente un rapport au Président du tribunal qui met fin à la procédure.
 
Accord de conciliation

L’accord entre l’entreprise et ses créanciers est en général un accord collectif passé dans des conditions de totale transparence entre tous ceux qui y consentent de bonne foi.
Figurent dans cet accord les sacrifices consentis par les créanciers mais aussi les mesures de redressement sur lesquelles s’engage le dirigeant, qu’elles soient d’ordre économique, financier et/ou social.
 
Accord constaté

Si un accord est conclu avec les créanciers prévoyant, par exemple, des remises de dettes, des délais de paiement, des mesures de recapitalisation ou un aménagement des sûretés, le Président, sur requête conjointe des parties constate cet accord et lui donne force exécutoire.
L'accord constaté suspend pendant la durée de son exécution toute action en
justice et toute poursuite individuelle des créanciers signataires contrel’entreprise.
Le président statue alors au vu d’une déclaration certifiée du dirigeant attestant qu’il n’est pas (ou plus) en état de cessation des paiements.
La décision constatant l’accord n’est pas soumise à publication et doit donc demeurer confidentielle.
 
Accord homologué

Sur demande du chef d’entreprise l’accord peut faire l’objet d’une homologation par le tribunal dès lors que les trois conditions suivantes sont remplies :
  - l’entreprise n’est pas (ou plus) en état de cessation des paiements,
  - les termes de l’accord sont de nature à assurer la pérennité de l’entreprise,
  - l’accord ne porte pas atteinte aux intérêts des créanciers non signataires.
Le Tribunal statue sur l’homologation par jugement, après avoir entendu le dirigeant, les créanciers signataires de l’accord, les représentants du personnel, le conciliateur et le Ministère Public.
 
Accord constaté

Si un accord est conclu avec les créanciers prévoyant, par exemple, des remises de dettes, des délais de paiement, des mesures de recapitalisation ou un aménagement des sûretés, le Président, sur requête conjointe des parties constate cet accord et lui donne force exécutoire.
L'accord constaté suspend pendant la durée de son exécution toute action en
justice et toute poursuite individuelle des créanciers signataires contrel’entreprise.
Le président statue alors au vu d’une déclaration certifiée du dirigeant attestant qu’il n’est pas (ou plus) en état de cessation des paiements.
La décision constatant l’accord n’est pas soumise à publication et doit donc demeurer confidentielle.
 
Inconvénient de l’homologation

Le jugement d’homologation doit être publié.
La publicité qui en résulte constitue un inconvénient majeur pour l’entreprise.
Avertis de l’accord, les assureurs crédits risquent de baisser la cote de l’entreprise et de mettre en péril son crédit fournisseur.
Les clients peuvent aussi adopter une réaction de défiance les amenant à se détourner de l’entreprise
 
Avantages de l’homologation

L’homologation présente cependant de gros avantages :
  - l’accord homologué suspend pendant la durée de son exécution toute action enjustice et toute poursuite individuelle des créanciers signataires contre l’entreprise,
  - il entraine la levée de plein droit de toute interdiction d’émettre des chèques,
  - la caution ou les personnes ayant consenti un cautionnement ou une garantie autonome peuvent se prévaloir des remises et délais obtenus par l’entreprise,
  - si l’entreprise est, par la suite, mise en redressement ou liquidation judiciaire aucune décision de justice ne pourra faire remonter la date de cessation des paiements avant le jour de l’homologation et il ne pourra donc plus êtrereproché au dirigeant d’avoir tardé à déposer le bilan avant cette date.
  - les personnes qui, dans l’accord homologué, consentent un nouvel apportd’argent frais bénéficient, en cas de procédure collective ultérieure, d’un rang très privilégié ; les personnes fournissant dans cet accord un nouveau bien ou service bénéficient du même privilège.
 
Résolution de l’accord

Si l'accord a été constaté, la demande de résolution est formée par voie d'assignation devant Monsieur le président du tribunal par l'une des parties à l'accord.
Si l'accord a été homologué, la demande de résolution est formée par voie d'assignation devant le tribunal soit par l'une des parties à l'accord.
La résolution, généralement consécutive au non respect par l’entreprise d’un échéancier consenti par le créancier, porte sur l’ensemble de l’accord de conciliation et entraîne l’annulation de tous les délais de paiement accordés par l’ensemble des créanciers signataires.
Elle peut également entraîner la déchéance de tout délai de paiement accordé à la suite de la poursuite ou de la mise en demeure d'un créancier poursuivant.
Chacun des créanciers signataire de l’accord peut dès lors recouvrer l’intégralité de ses créances et sûretés, déduction faite des sommes perçues.

Cet aspect contraignant pour l’entreprise conduit parfois les créanciers à préférer signer un accord amiable en conciliation plutôt qu’en mandat ad hoc.
Il faut enfin préciser que la résolution d’un accord de conciliation n’entraîne pas automatiquement une procédure de redressement ou de liquidation judiciaire
Coordonnées

Greffe du tribunal
de commerce
de Toulouse

Place de la Bourse
B.P. 7016
31068 TOULOUSE Cedex 7

Accueil Téléphonique :

du Lundi au Vendredi de
  • 10h00-12h00
  • 14h00-16h00

Accueil Registre du Commerce et des Sociétés :
  08 92 04 92 03
Service 0,25 €/min + prix appel

Accueil autres services :
  05 61 11 02 00

Accueil Public :

du Lundi au Vendredi de
  • 08h30-12h30
  • 13h30-16h30


Email :
greffe@greffe-tc-toulouse.fr
Affichage du plan   Plan d'accès

Mentions légales  |  Un problème technique ?